Berinus

notice rédigée par Christine Ferlampin-Acher


(A) la prose

- auteur: anonyme. Selon Bossuat 1933, l’auteur serait bourguignon. Un «Martiaux»est nommé dans le ms n. 1 ci-dessous, sans que l’on puisse savoir s’il s’agit de l’auteur de la prose ou de celui de la source.

- dédicataire: non mentionné

- datation: 1350-1370, en tout cas avant 1380

- Doutrepont 1939, pp. 246-250

- cinq manuscrits (sigles de Bossuat):   

(1) Paris, BnF, fr. 777 (A, numérisé dans Gallica; ms de base pour l’éd. Bossuat) 

(2) Paris, BnF, fr. 15097 (B)

(3) Paris, BnF, Arsenal, fr. 3343 (C)

(4) Wien, ONB, 3436 (D)

(5) Paris, BnF, n.a.fr. 23011 (E

A ceux-ci s’ajoutent deux manuscrits perdus.

- organisation du texte

Dans le manuscrit BnF, fr. 777 (n. 1 ci-dessus), le texte ne présente qu’un niveau de structuration du récit. 576 paragraphes se succèdent, linéairement, marqués par l’alternance des majuscules rouges et bleues. En général, il y a 1, 2, ou 3 lettres de couleur par page, mais il peut arriver qu’il y en ait 4 (c’est le cas au début du texte, ff. 2v, 5v, 8v, 17r, 28r …), voire 5 (ff. 1v, 2r). Certaines pages (par exemple ff. 30r, 98r, 103r, 105r, 120v) ne présentent pas de majuscules ornées. La répartition est assez régulière tout au long du texte.

 


(B) la source

Bérinus en vers (deux fragments ne provenant pas du même manuscrit).

 

(C) histoire de la prose

- quatre éditions du XVIe siècle

(1) Paris, Jean Janot [privilège royal du 18 décembre 1521]

(2) Paris, Veuve Jean Trepperel, s.d. [1525?]

(3) Paris, Alain Lotrian, s.d. [1540?]

(4) Paris, Jean Bonfons, s.d. Réédition du texte de Jean Janot. 

Bibliothèques du XVIIIe siècle

«La description, forme et histoire du noble chevalier Berinus [...]», in Mélanges tirés d’une grande bibliothèque, VIII/H, 1780, pp. 225-277

- traductions anciennes

The Tale of Beryn (éd. F.J. Furnivall et W.G. Stone, London, Early English Text Society, 1909): continuation du XVe siècle des Canterbury Tales, cette version anglaise correspond aux § 48-208 de l’éd. Bossuat et a été précédemment attribuée faussement à Chaucer. 


(D) bibliographie 

(1) éditions 

C. Samarran, « Fragments de manuscrits latins et français du Moyen Age », in Romania, 51, 1925, pp. 161-202 (pp. 163-166 : éd. du fragment E]

R. Bossuat, Bérinus, roman en prose du XIVe siècle, Paris, SATF, 1931-1932, 2 vol.

(2) bibliographie critique

A. Loiseleur-Deslongchamps 1838, Essai sur les fables indiennes et sur leur introduction en Europe; suivi du ‘Roman des septs sages de Rome’ en prose,introduction à M. Robert, Fables inédites des XIIe, XIIIe et XIVe siècles, Paris, Techner, p. 148

R. Köhler 1864, «Über J. F. Campbell’s Sammlung gälischer Märchen», in Orient und Occident insbesondere in ihren gegenseitigen Beziehungen, Göttingen, s.n., II, pp. 310-311

W.A. Clouston 1887, «The lady and her suitors», in Popular Tales and Fictions: Their Migrations and Transformations, Edinburgh – London, Blackwood, II, pp. 103-104, 126-129

G. Paris 1907, «Le conte du trésor du roi Rhampsinite», in Revue de l'histoire des religions, 55, pp. 151-187, 267-316

G. Huet 1913, «La légende de la statue de Vénus», in Revue de l'histoire des religions, 68, pp. 193-217

G. Huet 1915-1917, «La légende de la Montagne d'aimant dans le roman de Berinus», in Romania, 44, pp. 427-453

G. Huet 1918-1919, «La légende de la Montagne d'aimant dans le roman de Berinus. Nouvelles recherches», in Romania, 45, pp. 194-204

A. Thomas 1923, «Les plus ancienes mancions du Roman de Bérinus », in Romania, 49, pp. 271-273

M. Delbouille 1932, «Un nouveau fragment de Bérinus en vers», in Le Moyen Age, 42, pp. 241-251

R. Bossuat 1933, «Le séjour d’Aigre à Dijon dans le Roman de Bérinus », in Romania,59, pp. 371-388

B. Lewinsky 1949, L'ordre des mots dans ‘Bérinus’, roman en prose du XIVe siècle, Göteborg, Rundqvist

Woledge 1954-1975, n. 23

M.H. Offord 1969, «A textual problem of Berinus», in Studia Neophilologica, 41, pp. 13-25

D. Kelly 1976, «Fortune and narrative proliferation in the Berinus », in Speculum, 51/1, pp. 6-22

M.H. Offord 1976, «Negation in Berinus: a contribution to the study of negation in fourteenth-century French», in Zeitschrift für romanische Philologie, 92, pp. 313-385

L. Melis 1978, «Le fonctionnement textuel de ‘pour ce’ et de ‘pourquoy’», in Etudes de syntaxe du moyen français, Paris, Klincksieck, pp. 43-53

L. Rouday 1980, «Remarques sur la structure narrative de Bérinus», in Le Moyen Français, 3, pp. 7-28

M. Szkilnik 1990, «Magie et sagesse dans Berinus», in Romania,111, pp. 179-199

C. Galderisi 2001, «Le récit du mariage avec la statue», in Romania,119, pp. 170-195

M. Dufresne et F. Dupuis 2006, «Les constructions impersonnelles et l’expression du nombre en français médiéval», in Evolutions en français. Etudes de linguistique diachronique, Bern, Peter Lang, pp. 45-62

E. Wheatley 2007, «A river runs through it: disability, homosexuality, queered/disabled discourse, and the Isle of Blandie in Bérinus», in Exemplaria, 19/3, pp. 386-401

G. Roques 2010, «Les variations lexicales dans les mises en prose», in Mettre en prose aux XIVe-XVIe siècles, Turnhout, Brepols, pp. 9-31 (pp. 9-14)

C.Ferlampin-Acher 2012, «Berinus, le piège et l’errance: entre roman à tiroirs et roman de chevalerie», in Moyen Age. Livres et Patrimoines. Liber Amicorum Danielle Quéruel,Editions et Presses Universitaires de Reims (édition révisée), pp. 51-63 

D. Capin 2013, «He, ho, ha, dea: interjections, connecteurs ou marqueurs discursifs? Le témoignage des textes en prose médiévaux», in Diachroniques 3, pp. 95-117