Roman de la Rose anonyme

(A) la prose

- auteur: anonyme

- dédicataire: non mentionné

- datation: fin XVe siècle

- Doutrepont 1939, p. 394, n. 5

- manuscrit: Paris, BnF, fr. 1462 (numérisé dans Gallica)

- organisation du texte

Titre: Rommant de la Rose en prose par maistre Guillaume de Loris (f. 1v). 

Incipit (f. 2r): Cy commence le Rommant de la // Rose ou tout l’art d’amours est enclos, commencé // par maistre Guillaume de Loris, et xl. ans et plus // aprés sa mort fut parfait et acomply par maistre // Jehan de Meum ainsy qu’il enssuyt. // [M]aintes gens dient et racontent que en songes // et en advisions qui par nuyt en dormant se font // n’a sy non fables, reveries et illusions. Mais l’en // peult bien aucunement songier en son dormant // telz songes qui aprés sont veritables, bien manifestes et // apparens, et qui viennent et sortissent leur effect.

Explicit (f. 285r): Sy // cuilly avant que d’illecq me remuasse par grant // jolivecté la fleur du beau rosier fleuris : ainsy eubz // la rose vermeille. Quant vint au matin que les doulx // oysellés chantent de joie et de soullas pour la venue // du beau cler jour et luysant, je commencé a m’esveiller, // tout pensif et estonné du songe que j’avoie songé. // Et valeat quod valeat. A tous bons, vrays et // loyaulx amans, salut.

Le texte du Roman de la Rose est subdivisé en 101 chapitres, d'ampleur très variable (entre une page et treize feuillets). Le prosateur y procède à une «transposition libre» (A. Combes 2012), qui, tout en conservant la trame générale du poème, accorde la primauté au travail de réécriture: soucieux  de faciliter l’accès à cette œuvre difficile, il ne restitue fidèlement que la moitié environ du texte original et reformule une part importante du poème afin d’expliciter le propos de ses devanciers ou d’accroître l’expressivité du discours; il n’hésite pas, en outre, à omettre des développements substantiels, jugés sans doute peu accessibles à son lectorat. La subdivision du texte en chapitres distincts, correspondant à des portions homogènes de lecture, l’adjonction de rubriques et d’un programme iconographique propres à faciliter la compréhension, vont de pair avec ce travail de reformulation visant à assurer le plus grand confort du lecteur. 


(B) la source

Guillaume de Lorris et Jean de Meun, Le Roman de la Rose (1230-1270), 21750 octosyllabes à rimes plates.


(C) histoire de la prose

La prose n’est par ailleurs conservée que dans un unique manuscrit, de moindre qualité: Chantilly, Mus. Condé, 484. Le copiste y a volontiers abrégé le texte de son modèle et sa transcription présente un certain nombre de passages corrompus. Il se pourrait que cette version ait été copiée sur l’exemplaire parisien.


(D) bibliographie

(1) éditions

Texte inédit

(2) bibliographie critique

E. Langlois 1914, Guillaume de Lorris et Jean de Meun, Le Roman de la Rose, Paris, Firmin-Didot [New York – London, Johnson Reprint Corporation, 1965], t. 1, p. 32

N. Dupire 1932, Jean Molinet. La vie – Les œuvres, Paris, Droz, p. 79, n. 6

Woledge 1954-1975, n. 151

P.-Y. Badel 1980, Le Roman de la Rose au XIVe siècle. Etude de la réception de l'œuvre, Genève, Droz, p. 507

M.E. Keenum 1995, A Study of the Anonymous Prose Version of the «Roman de la Rose»: MSS B.N. fr. 1462 and Chantilly 484, Ph.D., The University of Alabama

J. Devaux 2020, «Une mise en prose anonyme du Roman de la Rose», in La fortune de Jean de Meun dans les lettres françaises à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance, Rennes, Presses universitaires de Rennes, pp. 87-100

J. Devaux  2020, «Le Roman de la Rose entre texte et images: une mise en prose manuscrite face aux premiers imprimés», in Studi francesi, 192, pp. 515-521