Roman de Troie - Prose 2

notice rédigée par Luca Barbieri


(A) la prose

- auteur: anonyme

- dédicataire: non mentionné

- datation: fin du XIIIe siècle, ante 1298 (date du manuscrit 1), Italie du Nord

- Doutrepont 1939, p. 384

- trois manuscrits:

(1) Grenoble, BM, 263 Rés.

(2) Paris, BnF, n.a.fr. 9603

(3) Oxford, Bodl. Libr., Douce 196

- organisation du texte

Le Roman de Troie en prose n’a pas de titre à proprement parler, mais l’explicit des trois manuscrits le désigne comme «livre de l’estoire de Troie»; le texte est introduit par deux rubriques différentes, dont la première est commune aux manuscrits de Grenoble et de Paris (voir supra).

Le prologue suit assez fidèlement celui du roman en vers, mais n’en conserve pas la partie finale, qui contient le nom de l’auteur (vv. 132-144).

Parmi les versions en prose du Roman de Troie, Prose 2 est la plus fidèle au modèle en vers, mais il s’agit d’une fidélité qui aplatit les couleurs rhétoriques du poème et privilégie l’instance narrative. Comme dans le cas de Prose 4 (voir notice), il s’agit d’un dérimage sans personnalité et sans ambition, trop fidèle à la source et dépourvu d’un véritable projet culturel. Prose 2 partage avec Prose 1, 3, 4 un certain nombre d’abréviations (en particulier dans la partie finale des «retours» des Grecs) et de suppressions, dont quatre d’une certaine importance: le résumé initial (vv. 145-714: toutes les versions), la dernière nuit de Troïlus et Briséida (vv. 13261-13328: Prose 3 et Prose 4), la description du tombeau d’Hector (vv. 16635-16858: Prose 1, 2, 3, 4) et le monologue final de Briséida (vv. 20238-20340: Prose 1 et en partie Prose 4). L’élimination des vv. 15757-15959 n’est pas une omission volontaire, mais une lacune mécanique déjà présente dans l’archétype. Prose 2 conserve par contre la description du manteau de Briséida (vv. 13341-13409), qui est supprimée par Prose 1, 3, 4.

La langue est riche en italianismes, et la tradition même montre qu’il doit s’agir d’un texte écrit en Italie du Nord vers la fin du XIIIe siècle.

Prose 2 a été appelée «version méridionale» par Chesney – Woledge à une époque où l’on ne connaissait que Prose 1, qu’on croyait réalisée en France. A la lumière des recherches plus récentes, cette appellation s’avère évidemment impropre.

 


(B) la source

Benoît de Sainte-Maure, Roman de Troie (vers 1165); 30316 octosyllabes à rime plate (éd. Constans).

 


(C) histoire de la prose

Le texte est resté inédit jusqu’à nos jours; on ne lui connaît pas de fortune en France, mais Prose 2 est le modèle de la versionitalienne Libro de la storia di Troia, réalisée par le toscan (probablement florentin) Binduccio dello Scelto avant 1322, date du manuscrit unique (Firenze, BN, II-IV-45).

 


(D) bibliographie 

(1) édition: le texte est inédit

(2) bibliographie critique

- sur plusieurs versions en prose du Roman de Troie, dont Prose 2

B. Woledge 1952, «La légende de Troie et les débuts de la prose française», in Mélanges de linguistique et de littérature offerts à M. Roques, Paris, Didier [Genève, Slatkine, 1976], II, pp. 313-324

A. Punzi 1991, «La circolazione della materia troiana nell’Europa del ’200: da Darete Frigio al Roman de Troie en prose», in Messana, n.s., 6, pp. 69-108

M.-R. Jung 1992, «Les mises en prose du Roman de Troie au XVe siècle», in Bien Dire et Bien Aprandre, 10, pp. 65-80

M.-R. Jung 1996, La légende de Troie en France au moyen âge. Analyse des versions françaises et bibliographie raisonnée des manuscrits, Basel – Tübingen, Francke, pp. 485-498

L. Barbieri 2005, Le ‘epistole delle dame di Grecia’ nel Roman de Troie in prosa: la prima traduzione francese delle Eroidi di Ovidio, Basel – Tübingen, Francke, 2005, p. 6

A. D’Agostino 2006, Le gocce d’acqua non hanno consumato i sassi di Troia. Materia troiana e letterature medievali, Milano, CUEM, p. 61

F. Mora-Lebrun 2008, ‘Metre en romanz’. Les romans d’Antiquité du XIIe siècle et leur postérité (XIIIe-XIVe siècles), Paris, Champion, pp. 483-488

L. Barbieri 2014, «Les versions en prose du Roman de Troie. Etat des recherches et perspectives», in Pour un nouveau répertoire des mises en prose. Romans, chansons de geste, autres genres, Paris, Classiques Garnier, pp. 33-67

- sur Prose 2 en particulier

E. Gorra 1887, Testi inediti di storia trojana, preceduti da uno studio sulla leggenda trojana in Italia, Torino, Loescher, pp. 167-169 et 404-442

K. Chesney 1942, «A neglected prose version of the Roman de Troie», in Medium Ævum, 11, pp. 46-67

Woledge 1954-1975, n. 172

G. Carlesso 1966, «La versione sud del Roman de Troie en prose e il volgarizzamento di Binduccio dello Scelto», in Atti dell’Istituto veneto di scienze, lettere ed arti, Classe di scienze morali, lettere ed arti, 124, pp. 519-560

M. Gozzi 2000a, Binduccio dello Scelto, La storia di Troia, Milano – Trento, Luni, pp. 16-37

M. Gozzi 2000b, «Dal Roman de Troie di Benoît de Sainte-Maure al Libro de la storia di Troia di Binduccio dello Scelto: metamorfosi di un testo», in La lotta con Proteo: metamorfosi del testo e testualità della critica, Fiesole, Cadmo, I, pp. 457-464