Présentation

Après plus de soixante-dix ans, le livre de Georges Doutrepont, Les Mises en prose des Épopées et des Romans chevaleresques du XIVe au XVIe siècle (Bruxelles, Palais des Académies, 1939) demeure un outil incontournable pour tous ceux qui s’intéressent à la transmission des œuvres littéraires des XIIe-XIVe siècles par la réécriture en prose entre fin du Moyen Âge et siècle de la Renaissance.

Il ne s’agit certes pas de nier les mérites de cet ouvrage fondateur, le premier à avoir reconnu les caractères propres de ce phénomène, à en avoir mesuré l’ampleur et l’importance, et à avoir fourni à la fois une analyse et une synthèse des données réunies qui demeurent dans l’ensemble toujours valables.

Cependant, les progrès de la critique, et surtout les développements récents dans le domaine de l’édition des textes, permettent aujourd’hui d’affirmer que le phénomène « mise en prose » ne concerne pas que les romans et chansons de geste, mais a touché bien d’autres genres: fables, œuvres hagiographiques, morales, édifiantes, poèmes ovidiens, matière troyenne, récits brefs, miracles, outre des œuvres plus difficilement classables (le Roman de la Rose moralisé de Jean Molinet, le Livre de Regnart), méritent bien d’être pris en compte, à côté de quelques titres que Doutrepont a inexplicablement « oubliés »: Floriant et Florete et Perceval le Galloys.

Était-il possible de faire mieux que Doutrepont? Ce qui paraîtrait inconcevable pour une seule personne devient envisageable pour une équipe travaillant en réseau grâce entre autres aux nouveaux moyens informatiques que la technique nous permet aujourd’hui d’utiliser.

Le but de ce projet, qui a reçu un important financement ministériel (Progetto PRIN 2009 EAF4CL), est moins de « remplacer » le répertoire de 1939 que de le « re-faire », en offrant un recueil de notices qui seront publiées sous forme synthétique dans ce site, et sous leur forme complète dans un volume papier qui paraîtra entre 2013 et 2014.

Le corpus comprend pour l’instant les genres narratifs longs: romans et chansons de geste – qu’il est parfois impossible de classer dans l’un ou l’autre genre, sinon sur la base du mètre des textes-sources –présentés selon un ordre alphabétique par titres, où toute division générique disparaît, exactement comme dans la conscience des « prosateurs » et sans doute aussi des lecteurs des XVe et XVIe siècles ; les autres genres seront intégrés au fur et à mesure que les différentes notices seront complétées.

Le moyen d’analyse que nous avons prévu est une fiche que nous voudrions rigide afin de limiter au maximum les divergences et de privilégier les informations aux opinions personnelles; elle comprend les items suivants:

(A) la prose (titre conventionnel, auteur, dédicataire, datation; renvoi à Doutrepont 1939; manuscrits / incunables / editio princeps; organisation du teste;

(B) la source (titre conventionnel, forme métrique, nombre de vers; témoins; éditions / traductions);

(C) histoire de la prose (diffusion ultérieure; traductions anciennes);

(D) bibliographie (éditions scientifiques et critiques; bibliographie).